Etude sur Tsahal – 3 – Des victoires contre toute attente … pour une armée pas comme les autres

0

Si l’armée de défense d’Israël jusqu’en 1987, date de la première « intifada », a permis à cette nation de montrer sa valeur sous la pression, cela n’est pas dû qu’à des stratèges dont le plus célèbre, Moshe Dayan, était dans les réclames d’ouvrages militaires des années soixante-dix jouxté entre César, Napoléon et … Rommel.

Bien qu’au départ la chose militaire et sa vie de caserne soit immonde au Mouvement Vers Rien, dont les membres par ailleurs possèdent chacun la maîtrise d’au moins une technique d’un art martial et n’envisagent pas de vivre dirigés, nous nous sommes rendu compte que l’armée israélienne n’était pas une armée comme les autres. Et nous nous en sommes déjà en partie expliqués.

Que Tsahal soit une armée pas comme les autres ne fait aucun doute puisque l’histoire du peuple hébreu se caractérise par un fort potentiel à anticiper, au cours de son histoire spirituelle, l’évolution de la conscience humaine d’une part (histoire de la kabbale), et un fort potentiel à l’identification de Jahvé à l’homme d’autre part.

L’histoire de l’évolution des armes, quant à elle, apporterait bien des surprises au novice : les mines marines sont une invention asiatique, les premières arbalètes à répétition également, il existe en Afrique des couteaux de jet à lames multiples qui touchent l’adversaire quelle que soit la zone d’impact sur un bouclier local, en Inde des bonnets permettent de porter des anneaux aux bords extérieurs tranchants que l’on fait tourner d’un doigt pour les lancer sur l’adversaire, en Océanie des flèches à trois pointes permettent à de nombreuses tribus de chasser commodément les oiseaux ou de multiplier les plaies, l’on fit brûler des paniers de fleurs de moutarde dès le moyen âge pour intoxiquer l’adversaire lors d’un siège et il aura fallu l’invention de l’artillerie pour que l’on prétende qu’enfin la guerre ne serait plus une répugnante boucherie, affirmation dont vous pouvez aisément vous faire une idée du réalisme…

L’histoire de l’armée israélienne, elle aussi, apporterait au novice son lot de surprises : ingéniosité des planques d’armes durant la guerre d’indépendance, blindage des bus après l’assassinat monstrueux d’infirmières juives, pigeons, radios et… renseignement : ce n’est pas parce qu’on porte les armes que l’on n’est que qualifié à cela. Il ne s’agit là que d’une représentation psychologique qui n’apporte aucune puissance à l’âme, et donc aux armes, qui n’en ont pas.

Depuis la première intifada, Israël est confronté à de nouveaux défis : de la guérilla au terrorisme qui vise les populations civiles, alors que la résistance vise structures et personnels militaires.

Dès lors, le corps des ingénieurs militaires ayant déjà fait ses preuves,  il n’est aucun doute au vu des résultats obtenus d’hier à aujourd’hui, qu’Israël est un référent obligé dans la lutte contre le terrorisme, puisque les méthodes des « fédayins » palestiniens sont très clairement depuis l’intifada des couteaux, celles de Daech.

Un slogan – et Dieu sait que les slogans sont aussi immondes au Mouvement Vers Rien que peuvent l’être l’immonde chose militaire et la vie de caserne – est tombé à nos oreilles : Tsahal serait l’armée la plus morale au monde.

Comme le disait Georges Clémenceau « Il suffit d’ajouter militaire à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n’est pas la justice, la musique militaire n’est pas la musique. »

Qu’en est-il de la « morale militaire »  et de Tsahal ?

Nous allons nous livrer à une évaluation rationnelle, sans nous laisser abuser de sentiments inconscients, et distinguer ce qu’il en est de la valeur de cette différenciation quand l’armée est pour nous cette chose archaïque et notre liberté d’expression, totale.

(—)

LIRE LA SUITE

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.