Le noir et la science : critique des Nobels – Cheikh Anta Diop et Tiers Monde – 2015 année de la cause noire chapitre 16

0

Si dans l’opinion populaire le noir n’est pas un scientifique, on peut se demander quelles canailles ont pu convaincre les masses de telles sottises alors que l’Egypte fut autrefois un berceau de la civilisation, alors que l’héroïsme humain a transformé les étendues autour du Nil en un réseau ordonné de digues et de champs, alors que les trésors de l’humanité qui s’y trouvent nous contemplent encore.

Malgré de tenaces préjugés, sont à porter au crédit de l’Afrique des réalisations comparables aux autres sociétés et même si l’intérêt obsessif pour la technologie n’était pas dominant (1), dans le domaine des relations sociales et des relations intellectuelles avec la nature, apparait une organisation préscientifique dans diverses cosmologies, c’est-à-dire une organisation mentale sans laquelle la science ne serait même pas née. Nous avons déjà dit que l’Afrique était dans le coup bien avant l’arrivée des occidentaux, présentant des faits de commerce, des villes, des administrations, avec « les mêmes notables » trouvant subsistance dans l’excédent économique : cela est civilisation…

Si certaines rigidités ont conduit les occidentaux colonisateurs à un arbitraire imbécile, sitôt que l’on n’a pas de parti pris, la vérité apparait clairement.

Mais si la science ce sont les prix Nobels, rien d’étonnant à ce que les préjugés demeurent.

La fondation Nobel qui date de 1901 n’est rien d’autre qu’une émanation de « l’axe suédo-britannique », autant dire franchement une création de la saloperie franc-maçonne qui ne reconnait que la science occidentale (2) et, qui plus est, n’a été que difficilement mise à jour quant à ses catégories, certaines demeurant inexistantes.

Comme si cela ne suffisait pas à ces gens lourds comme la pierre et le fer, existe un « prix Nobel de la paix » résolument politique, qui n’a rien à voir avec la paix de l’âme quand on évoque certains noms. Il en est de même pour le « prix Nobel de littérature », vaste fumisterie, certainement ce que l’on pouvait faire de pire sous les yeux de l’humanité. Il s’agit au final pour tous ces Nobels de rester en terrain connu et donc « sûr », de ne rien offrir d’indépendant, rien d’intelligent, ce qui permet la bien curieuse activité – nobélisée – de s’avilir dans l’industrie, la science étant nuisible si elle est économiquement inutile : voilà qui nous éclaire sur les défaites sociales occidentales qui sont les seuls bénéfices auxquels ont droit les peuples.

Mais peut-on aborder la science et « le noir » sans évoquer Cheikh Anta Diop ? Si certains le peuvent, vous aurez compris en ayant lu les paragraphes précédents où nous situons ceux qui ne le peuvent pas, ceux qui ne « veulent pas Le Savoir » : parmi ce qu’il y a de pire dans l’humanité. Reste que Cheikh Anta Diop est au monde noir ce que le Rabbin Kook est au judaïsme : un spécialiste disposant d’un vaste horizon.

Mais rien n’empêchera le président Sarkozy de dire les pires stupidités au sein d’une Université Anta Diop : rien que pour ce méfait ce politicien aurait dû avoir subito la tête tranchée ! (3) 

Le noir et la science ?

Nous ne ferons pas mieux que d’intégrer dans cet article le clip d’un groupe de rap… Ce genre musical n’est pas forcément une composition destinée à tous les types auditifs (et kinésiques, ce sur quoi nous reviendrons ultérieurement) toutefois, son intérêt est immense et la preuve qu’on rencontre des gens indépendants – décidément en grand nombre – dès qu’on n’écoute plus certaines têtes dites pensantes ; certains humains ne prennent pas la fuite devant les problèmes et en ont une perception on ne peut plus juste. Par ailleurs si le but des Nobels était vraiment de tenir compte du bien-être moral et spirituel de l’homme, voilà des artistes qui devraient recevoir une récompense en conséquence.

* * * * *

(1) L’Afrique n’est pas un cas isolé : les romains ont considéré comme un jouet la petite machine à vapeur d’Héron d’Alexandrie, ceux qui avaient pensé à la poudre à canon pour envoyer un boulet n’ont jamais pensé au moteur à explosion : cela montre le temps énorme qu’il faut à l’humanité pour réaliser une « simple » déduction.

(2) Voir ordre du Tout Opus 1 et Opus 2 – Il semblerait pourtant que tout individu comprenne naturellement que la science exige que l’on soit curieux, mais beaucoup parmi les prétendus scientifiques ne sont pas des gens curieux, eux qui ne savent que répondre devant un fait de science asiatique – sans rien en savoir – que ce n’est pas la science asiate qui fonctionne ! Il ne viendra bien entendu jamais à ce qui leur sert d’esprit de se pencher sur une autre façon de raisonner que la leur.

(3) Decollo Subito !

 

Lire la suite

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.