Centre, sens et nègre premier – 2015 année de la cause noire, chapitre 15

0

Nous avons déclaré à l’issue du chapitre quatre que nous devions examiner les différents aspects de la révolte noire. Dix chapitres passent en revue des noms célèbres ; pourtant nous avons évoqué sans relâche les individus anonymes dans la masse, les porteurs de la vie étant les individus, tous uniques. Ne parler que de célébrités, ou de trop les énumérer est, selon notre point de vue, néfaste : pas question de bannir les humanités de l’éducation.

Si tant est que le lecteur est prêt à affronter les problèmes que nous évoquons, cette excursion offrant un panorama de la révolte noire permettra à quelques-uns, c’est notre espoir, qu’on leur montre plus de respect et à quelques autres de se prendre au sérieux, pour qu’on les prenne au sérieux.

Chaque jour des hommes naissent dans un contexte historique précis et l’individu est relié à tout cela. Grandir sans relation avec son passé, c’est vivre sans yeux et sans oreilles. Nous avons besoin de notre famille, de l’ensemble de la souche, de la tribu, des mythes de celle-ci, de son histoire.

Il est vrai que certains font de la cause noire une philosophie curieuse…comme chacun peut le faire s’il aborde cela de façon naïve, sans se soucier des éléments structurels de notre psyché.

Entre le passé et le moment présent, bien des phénomènes et problèmes gigantesques ont déterminés le destin de notre humanité… et le noir a toujours été à l’arrière-plan.

Allons-nous rester ainsi longtemps, hermétiquement en-dessous du seuil de la conscience ? Nous l’avons dit dès l’avant-propos : « (—) en 2015 nous allons donc partir à la recherche de ce que nous avons sans le savoir… et si vous n’avez pas la moindre idée de ce qui, par contre, s’est perdu, nous allons faire en sorte qu’en jaillisse, pour tous, le centre. (—) »

En réalité, le monde noir est brillant, lumière, élément-force de notre humanité ; « nous » ne le savons pas puisque les forces de transformation intérieures et extérieures, avec un passif et un actif, ont fait de l’Europe de l’Ouest le centre du monde, en un certain sens.

Mais si l’Europe est un centre, c’est parce qu’y convergent des énergies non-européennes…

Nous commençons à voir les effets de nos actions sur l’extérieur… nous commençons à peine à envisager que l’Afrique est civilisation. Nous nous sommes tellement servis de ce mot « civilisation » … mais l’histoire, c’est aussi beaucoup d’inattendu !

Le futur grand évènement de l’histoire de notre humanité sera sans auto-adoration de sa tribu, religion à laquelle le grand nombre adhère, auto-adoration sécularisée, mais de plus en plus vidée de sa substance…

… car une ascension a lieu : la renaissance de l’Afrique. Ce grand évènement réclame notre attention car c’est de la nature de l’homme tout entier et de sa destinée dont il est question.

Mais, à la différence de tout ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui, l’Afrique ne cherchera pas à imposer ses lois aux autres hommes. Elle n’en a pas besoin. N’en a pas non plus les moyens. Mais cette tâche sera remplie et suffit pour que nous déclarions que tous les militants de la cause noire, célèbres ou anonymes, ont fait de leur vie une œuvre glorieuse : celle de pénétrer dans une couche profonde de ce que l’on sait du généralement humain ; mais puisque personne n’a jamais demandé au nègre premier ce qu’il en est des choses du sens, il a toujours gardé le silence, emprisonné derrière les murs nébuleux de nos livres.

Cette voie non-découverte est en lui.

Nous allons nous y rendre pas à pas.

Lire la suite

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.