Cause noire, réalité illusoire et avenir historique : WEB DU BOIS ou Marcus GARVEY ? 2015 année de la cause noire – chapitre 13

0

C’est un grand fléau, pour certains, que cette non-homogénéité de l’espèce humaine, composée d’individus que leur constitution mentale répartit sur une durée d’au moins dix mille ans… et les hommes de très bonne volonté s’alarment – seuls – qu’il ne soit absolument nulle vérité qui, lors de la confrontation directe avec la réalité de la vie, n’en fasse s’indigner certains ou rigoler d’autres.

Il est hélas vrai que chacun cherche, avant tout, à savoir si telle ou telle chose est conforme à sa religion, sa conception, avec ou contre elle … sans jamais se demander si telle ou telle particularité est au bénéfice ou au détriment de la vie.

* * * * *

L’afro-américain William Edward Burghardt DU BOIS alias WEB DU BOIS (1868-1963) est pour la cause noire, si vous ne le connaissez pas et pour faire court, le Roi Soleil, à-peu-près. Si nous vous disons cela c’est parce que nous avons posé sa vie sur une grande feuille de papier millimétré, comme il le fit lui-même – chaque jour – pour ne rien perdre de ses activités possibles, de sept à vingt-deux heures… jusqu’à ses quatre-vingt-quinze ans. Un géant d’un mètre soixante-six, sociologue, militant, écrivain, premier afro-américain à obtenir un doctorat. Une vie de réussite académique à travers le monde, d’analyses, de journalisme, d’enquêtes, de promotion des arts nègres, de voyages jusque dans l’Allemagne nazie et l’URSS naissante… une vie passionnante qui ne se refusait aucune curiosité vis-à-vis de l’humanité, sans aucun doute son plus grand centre d’intérêt, nous enhardirons-nous à affirmer ici ; même si la reconstruction du monde noir, en tant qu’il s’agit d’une maison aux trésors – reconstruction de la plus haute nécessité – avait, avec l’égalité des droits, sa priorité. Que nous avons-vous dit sur WEB DU BOIS ? Qu’il est le Roi-Soleil de la cause noire ? Bien plus encore : il est la bonne nouvelle… au millimètre près.

marcus-garvey-pic-with-quote

Marcus GARVEY (1887-1940) jamaïcain, est beaucoup plus connu, car véritable prophète pour les rastafaris, et promoteur du retour en Afrique des descendants d’esclaves noirs. Séparatiste racial habitué par sa condition à affronter la subjectivité, il n’hésitera pas un tête à tête avec un représentant du KKK tout en invitant ses adhérents à se mesurer aux siens, à Harlem… création d’usines, de journaux, d’une compagnie maritime (La Black Starline) : une réussite qui intéressera beaucoup les autorités américaines… surtout les autorités fédérales. Arrivé à ce degré supérieur d’investissement dans le militantisme et dans une théorie, il faut avoir conscience qu’on peut en être la victime, ce que la relecture de l’introduction de cet article finira bien par vous faire comprendre. Enfin… si tant est que tout le monde puisse comprendre que le plus petit de nos frères peut vouloir vivre sans être un mendiant à qui on donne à manger. Et celui-là qui veut vivre sa propre destinée jusqu’au bout, en le payant peut être de sa vie, peut effectivement être considéré comme un prophète, car c’est celui-là qui peut dire que le Christ est son frère.

* * * * *

Nous pouvons néanmoins apporter des critiques négatives à telle action de l’un ou telle action de l’autre, mais encore faudrait-il pour cela que l’avenir historique nous intéresse. L’avenir historique ne nous intéresse pas.  Il y a un vouloir en chaque individu et, pour nous, l’histoire n’est rien d’autre que l’accomplissement de ce vouloir. Il y a une « cause noire » et nous devons faire tout ce qui est nécessaire pour que chaque individu noir s’élève : c’est là notre participation ; il n’y a pas de condition historique visée qui rentrerait en ligne de compte, avec des jugements moraux qui ne concernent pas l’essence de la chose.

Nous laissons aux politiciens l’art de nous expliquer que le froid est une chaleur réduite, que quatre-vingt-dix-neuf est cent moins un et la fourchette un instrument à dents multiples. Qui plus est ces points de vue avec un degré de conscience hérité du XIIIème siècle ne sont en aucune manière intelligence, philosophie ; ils sont stratification historique, rationalisation cousue de fil blanc, dont nous avons assez, au XXIème siècle. Il n’est pas question pour nous de perdre contact avec notre temps et la réalité, la réalité non-illusoire dont nous voulons qu’elle advienne.

L’africain descendant d’esclaves et les africains doivent-ils être, en ce monde, des spectateurs souffrants soumis à des décisions auxquelles ils doivent se rendre sans condition ? « La lumière des pères des autres » peut, certes et c’est heureux, illuminer l’existence de certains… mais d’autres ont d’autres questions, puisqu’ils sont autrement : est-ce parce que le noir n’a à l’intérieur de lui-même qu’ombre et vide ? Le noir est-il un objet sans âme en simple relation avec l’extérieur ?

Nos sentiments, nos pensées, nos actes, ont-ils apporté aux noirs la plénitude ? Qu’avons-nous exprimé, pour eux, de la vie ? Qui oserait prétendre qu’aucun élément de mal ne caractérise aussi bien le christianisme que l’islam ou notre rationalisme ? Ne peut-on même soutenir que certaines des activités de l’homme sont démoniaques ? Qu’unilatéralement nos points de vue « moraux » nous aveuglent ? Que nous égorgeons nos brebis et nos agneaux et que seuls les poètes sont capables de nous le faire lire ? Que de chercher les courants secrets qui dirigent le monde en rend fou un certain nombre alors que ce sont des phénomènes généraux ? Que la tendance (indigne) face au « problème du travail » est en train de se résoudre par un nouvel esclavage, sous nos yeux ?

Oh ! Oh ! Oh ! Si nous jetons un regard en arrière sur notre histoire et notre argumentation pour qu’elle fût, il nous paraît que

toute critique que l’on pourrait faire à WEB DU BOIS ou à Marcus GARVEY est subordonnée à notre système de façon inséparable.

Et ceux qui, blancs, escomptent tenir les noirs loin de la conscience – ou les y amener – s’y sont-ils seulement jamais tenu auparavant ?

L’esprit des millénaires derrière nous s’est exprimé ! Ceci fait on ne s’étonnera pas qu’existe, chez bien des hommes, une base aussi résistante que possible qui les pousse, pour les uns, à se recréer où qu’ils soient, pour les autres, à vouloir renaître sur leur terre ancestrale.

Que l’on soit blanc ou noir, s’engager dans cette cause signifie avoir des épreuves à affronter ; beaucoup – surtout noirs – périront. Mais que l’on s’y arrête : face à tout réel horrifiant, c’est un destin individuel que nous ne devons chercher qu’en nous-même.

Tout dépend donc du « Mouvement de chaque individu »… car au cas où vous l’auriez totalement oublié, il est petit, le monde des hommes. Et tout ce qui s’y produit n’a pas été inventé par nous… nous n’aurons donc jamais assez de savoir.

Si la solution demeure loin de notre conscience actuelle, elle est et c’est ce que nous savons de mieux, parce que nous ne sommes que des hommes.

En fin de compte – et cela est le réel – la plus lourde des responsabilités pèse sur nos épaules à tous …

« La descente à l’Averne (aux enfers) est facile : nuit et jour est ouverte la porte du sombre Dis (Dieu des enfers). Mais revenir sur ses pas et sortir vers les brises d’en haut, c’est là la difficulté et l’épreuve. »

Virgile – Eneïde – Livre VI

 

Lire la suite

 

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.