Israël, les antisionistes, l’éthique et l’avenir

0

Il est difficile de tenter d’amener autrui à une honnête compréhension d’Israël dans une époque comme la nôtre où des ignorants se livrent à de véritables orgies de sottise. Dès qu’il s’agit des choses du judaïsme, des hébreux, se manifestent diverses organisations qui – tout en défendant qu’elles ne sont en rien les adversaires des juifs car elles sont des organisations antisionistes – vous observent avec attention, prêtes à vous imputer une position politique « sioniste » à la moindre faille, voir même à la moindre absence de faille : il est alors proclamé que « c’est signé » et que « ci li siounistes » ; bien évidement cela relève davantage de la psychothérapie que de l’opinion…

images

En France, par le passé, « on savait » par nos antisémites classiques ce qu’il en était de cette démence mais aujourd’hui, l’antijudaïsme « made in islam » commet l’erreur tout à fait impardonnable d’attribuer une valeur universelle à l’antisionisme : tout mesurer à une seule aune c’est évidemment caricaturer l’espèce humaine toute entière en ne rendant pas justice à nos infinies nuances, tout normaliser de fond en comble étant l’attitude la plus stupide qui soit, ce qui est  le but de la religion et aussi bien sûr le but du communisme.

Pas plus qu’on ne peut compter sur les communistes pour combattre une attitude stupide, on ne peut compter sur les musulmans (et leurs sites internet) pour combattre l’antisionisme, pour raison d’antijudaïsme.

En France, par le passé, on savait par nos antisémites classiques que tout ce qui était juif était entièrement juif et se devait d’être complètement cassé. Avec l’islam, le discours a changé : c’est tout ce qui vient d’Israël (Etat sioniste) qui est entièrement israélien (entièrement sioniste) et se doit d’être complètement cassé.

Nous n’avons donc aucun doute sur le fait que l’antisionisme soit « un » antisémitisme. Pire, le 1% de doute (au minimum) que nous devons avoir sur toute question se trouve dans la manipulation de 1% (au maximum) de juifs religieux antisionistes, seuls recroquevillés derrière un syncrétisme dialectique d’occasion (adaptable à tout et son contraire) à ne pas être « les instruments de satan » comme les autres juifs, puisqu’ils sont contre tout ce qui est « made in Israël » : pitoyable.

Mais nous contester aurait été soutenir nos efforts à entraver l’art d’exposer des « vérités » dont certains souhaiteraient qu’elles fassent la conquête du monde, révélant ainsi ce que certains sont bien trop inconscients pour comprendre : parmi les choses cachées derrière le rempart de l’avenir de l’humanité, se tient Israël.

Cela est dû à la persécution des juifs par un monde peu inventif alors que si les peuples de la terre le sont, ils ne le sont proportionnellement pas autant que le peuple juif : cette tradition qu’ont les peuples de se laisser guider par l’étranger (nul n’est prophète en son pays !) – et en l’occurrence Israël comme pays inventif – se pose un peu là… à se demander (pour détourner une célèbre formule…) si derrière chaque mariage, il n’y a pas un juif et si derrière chaque divorce il n’y a pas un antisémite !

Les choses vont continuer mais nous n’oublions pas pour notre part que derrière l’islam il y a une proportion de gens politiquement innocents : cela s’appelle voir plus loin que le bout de son nez – une expérience que beaucoup devraient tenter – même s’il n’est pas possible d’organiser des congrès de musulmans non-antisionistes, comme il n’était pas possible dans l’Allemagne hitlérienne d’organiser des congrès sur la libre expression.

La propagande intéressée abonde, déraisonnable et trompeuse et puisque personne ne nous demande rien nous nous sommes invités à parler. Nous encourageons chaque citoyen francophone qui lit ses lignes à faire de même : Israël mérite notre sympathie et nul n’a à se placer sous une quelconque autorité pour avoir le droit de s’exprimer, pourvu qu’il ne soit pas musulman. Ou sous un régime hitlérien.

Bien sûr vous aurez à danser sur des œufs, mais vous ne devez pas douter du fait que les antisionistes, en France, n’ont pas comme dans les pays musulmans le moyen de vous passer par les armes, comme des nazis : ces partisans n’ont rien « normalisé » sous nos cieux. Pourtant ce qui se passe dans les pays musulmans se manifeste au sein de la gauche socialo communiste qui soutient la pensée palestinienne pour que se produise un Etat palestinien « libre ». Ce noble but ne nous est pas indifférent mais la situation du peuple palestinien ne sera pas sauvée par des gens n’ayant en matière de propagande d’autres objectifs que d’insulter les juifs et l’intelligence humaine ! Si encore une idéologie s’opposait à une autre il ne s’agirait que d’un défaut d’intelligence tout à fait courant, telle une guerre de religion aux petits pieds, mais ce qui se dissimule à peine sous la cause palestinienne est un ressentiment musulman qui n’a pas de fin car nous n’arriverons jamais à nous mettre d’accord sur le coran ; tout comme les musulmans entre eux dès qu’on entre un peu dans ce livre qui mérite un effort de compréhension culturel international… ce qui est impossible vu l’antijudaïsme des foules musulmanes qui en sont à peu près – en toute naïveté – à jouer des coudes avec des arguments désolants du niveau de notre papauté en l’an mille… Les relations avec l’islam sont donc au point mort, véritable désaveu par cette religion même de sa capacité à entrer en relation avec l’humanité.

Nous avons donc de la sympathie pour Israël.

Et sur cette base ne nous y trompons pas, des relations internationales se forment, par éthique, l’éthique provenant de tout un ensemble de sentiments qui s’expriment et qu’aucune propagande ne peut réprimer, au fond, car tout contenu éthique finit un jour par se concrétiser. Bien sûr avec une humanité d’hommes et de femmes de types différents aucune image ne se concrétise de façon universelle et absolument convaincante pour tous : c’est pour cela qu’Israël existe.

Israël n’est pas qu’une légende religieuse, d’une complication troublante : c’est une idée et nous savons qu’une idée n’est pas un mot et qu’un mot n’est pas l’action. Ces trois choses ne devraient être qu’une. Une telle perfection n’est pas une légende religieuse non plus. Pourra t-elle jamais être réalité ? Elle est en tout cas Israël, « elle est » au sens habituel du mot, bien entendu. Et tout comme l’humanité, Israël vivra.

(—)

 LIRE LA SUITE

(—)

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité *