Cologne 31 décembre 2015, soumission de l’information, soumission aux tabous ancestraux sur la femme : cri d’alarme !

0

Ce qui s’est passé le soir du 31 décembre 2015 à Cologne, additionné aux tabous qui ont pesé sur la femme à travers les âges, nous plonge dans une situation extrêmement critique.

* * * * *

L’homme primitif a toujours pensé que la femme possédait un lien avec la lune, notamment pour ce qui touche à son cycle lunaire de la menstruation. Pendant cette période, pour l’homme primitif, la femme devenait dangereuse : pouvoir de gâter la nourriture, pouvoir de nuire aux affaires, de défaire un guerrier ou faire échouer un voyage. Cet héritage des temps anciens se retrouve dans le monde islamique où le croissant de lune représente toute la culture religieuse. Les femmes non seulement sont mises à l’écart pendant la période menstruelle, mais dans l’obligation de vivre derrière un voile le reste du temps… comme si dans l’islam la femme n’existait que sous son aspect lunaire, considérée comme dangereuse en tout temps. La femme a-t-elle une âme puisqu’elle n’est selon le Prophète que « l’habit de l’homme », avec une place au paradis en tant qu’épouse ? On notera que dans les harems et zénanas les femmes ne sont censées vivres que pour le côté érotique de la vie… la femme est t’elle uniquement une prostituée ? Ou est-ce l’homme musulman qui ne serait pas plutôt incapable de se contrôler rationnellement ?

* * * * *

On peut, quand des non-bouddhistes et des non-chrétiens, comme à Cologne, poursuivent de leurs assiduités, « pelotent » et tentent des abus sexuels en masse sur la gent féminine, ne rien dire de crainte d’être accusé d’islamophobie ; nous ne sommes pas, nous, capables de produire des larmes à volonté, comme des fakirs ou des actrices, mais il semble que l’essentiel soit que les non-bouddhistes, les non-chrétiens, n’aient pas à se remettre en question : certains ont choisi cette voie des lâches.

Pourtant, de nos jours, les chiens portent les noms des dieux grecs, germaniques et autres divinités des origines ou de l’antiquité, Moïse compris ! Et personne n’y trouve à redire. Mais si vous appelez votre chien « Mohammed » (ou pire : « Allah ») vous vivrez une expérience intéressante, certes, mais quelque peu tumultueuse ou la philosophie n’aura pas sa place. Les non-bouddhistes et non-chrétiens sortiront et remettront à leur guise dans leur poche de quoi détruire votre vie. Pourtant, aujourd’hui, nul ne prétend avoir les dieux de l’olympe dans sa poche, mais Allah s’y trouve à volonté, ainsi que le pouvoir qui va avec (1).

Rappelons-le encore tant que c’est possible : la voix des croyants n’est pas divine, tous les « textes sacrés » ont été écrits par des humains. Il semble que les africains, seuls, s’étonnent que, trois fois de suite, trois hommes, sans le moindre témoin, au sommet d’une montagne ou dans un désert, aient vu Dieu et en aient rapporté la Loi que tous doivent suivre aveuglément … et les africains de s’étonner de la naïveté « du blanc », naïveté qui fait bien rire encore le lapin griot.
Reste que les préjugés sur Dieu sont des préjugés construits par l’homme et aussi longtemps qu’il y aura la moindre idée préconçue, l’homme digne de ce nom ne se soumettra pas. Surtout pas à un Christ, fils illégitime d’une femme nommée Myriam et d’un soldat égyptien nommé Pandira : « Jésus ben Pandira » qui a travaillé un an dans sa vie. Surtout pas à un marchand ayant rencontré plus probablement en secret un héritier des « Thérapeutes » (secte pratiquant un syncrétisme entre éléments païens et juifs au 1er siècle avant JC) qu’un Dieu qui pratiquerait la suppression d’autrui, en passant par la soumission d’autrui. Et si ces deux individus rêvaient d’un monde meilleur voyez ce que la religion en a fait ; et si ces deux individus revenaient aujourd’hui pour un peu de changement, nous ne donnerions pas cher de leur peau.

Visiblement les lumières spirituelles ne sont pas faites pour être plongées dans les ténèbres, surtout celles de Cologne un certain 31 décembre 2015… dès lors à quoi servent-elles ?! A manger comme les disciples de Jean, des bêtes noyées plutôt que la gorge tranchée ? et à se disputer pour cela ? Ridicule.

Nous ne souhaitons pas éteindre des vies, ni ne souhaitons laisser pervertir des vies sur des bases aussi primitives et tenons à signaler – histoire de divorcer avec certaines idées – que derrière chaque agression sexuelle de cette nuit de réveillon à Cologne, il n’y a pas un sioniste (2)… et encore moins un juif.

* * * * *

On peut finalement donner bien des noms à son chien sans aller jusqu’au blasphème, naturellement cela dépend aussi du voisinage ; tout comme naturellement aussi par chez nous on ne se rend pas maître des rues pour y harceler par centaines des femmes et semer la terreur… et cela ne dépend pas du voisinage, mais de la Loi républicaine, valable aussi pour les non-bouddhistes et les non-chrétiens.

Le plus terrifiant étant qu’on n’ose imaginer – c’est aussi inconcevable qu’Allah lui-même – les titres des journaux si 766 femmes (3) musulmanes avaient été agressées sexuellement dans une – plusieurs selon certaines informations – ville(s) d’Europe en une seule nuit : on aurait entendu parler de l’occident et de l’infériorité de son système raciste par les mêmes penseurs qui tentent d’ensevelir cette histoire… et la réalité.

.

(1) C’est de la folie, de cette folie où les croyants sont pris, car ILS LE possède par l’écrit (autrement dit, « le » théologien « Lui » a enlevé toute liberté).

(2) En référence à la formule selon laquelle il y aurait « un sioniste derrière chaque divorce ».

(3) Chiffre actuel

Partager cet article ?

A propos de l'auteur

Dominique BENIGUET

Commenter cet article

Question Sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.